sylphe


sylphe

sylphe [ silf ] n. m.
• 1670; sylfe 1604; du lat. des inscriptions sylphus « génie », p.-ê. o. gaul.
Génie de l'air (dans les mythologies celtique, gauloise et germanique). elfe. Ariel, le sylphe de « La Tempête » de Shakespeare. « Je suis l'enfant de l'air, un sylphe, moins qu'un rêve » (Hugo). ⊗ HOM. Silphe.

sylphe nom masculin (latin sylphus, génie) Être surnaturel mâle, qui, selon la croyance des Celtes et des Germains, occupait, dans le monde invisible, un rang intermédiaire entre le lutin et la fée. ● sylphe (homonymes) nom masculin (latin sylphus, génie) silphe nom masculin

⇒SYLPHE, subst. masc.
A. — MYTH. [Dans les légendes celtes et germ.]
1. Au plur. Êtres surnaturels, composés des plus purs éléments de l'air où ils vivent, dotés d'ailes et qui se déplacent d'un vol léger, rapide. Vous commencez cette vie nocturne (...) parmi d'innombrables créatures (...), volages et mystérieux fantômes (...). Les sylphes (...) descendent autour de vous en bourdonnant. Ils frappent du battement monotone de leurs ailes de phalènes vos yeux appesantis (NODIER, Smarra, 1821, p. 31). Quatre sortes d'esprits élémentaires (les salamandres, les sylphes, les ondins et les gnomes respectivement esprits du feu, de l'air, de l'eau et de la terre) (CARON, HUTIN, Alchimistes, 1959, p. 44). V. folâtre ex. de Baour-Lormian.
2. Au sing., moins fréq. Génie masculin appartenant à cette catégorie d'êtres. Le soir (...), Entendez-vous glisser dans l'air, Sylphe léger comme une abeille, Et rapide comme l'éclair? (...) C'est le démon de la nuit! (BAYARD, Démon, 1836, I, 2, p. 245).
B. — P. anal.
1. Homme très mince, évoquant un être immatériel. Indiquer la manière dont doivent toujours se nourrir ceux qui désirent arrondir leurs formes; (...) tracer la journée alimentaire d'un sylphe ou d'une sylphide à qui l'envie aura pris de se matérialiser (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 242). Moutier: (...) je suis plus mince que vous,... alors... Le Général: Alors quoi? Voyons, parlez, Monsieur le sylphe (SÉGUR, Auberge ange gard., 1863, p. 206).
2. Homme (notamment danseur) ou petit animal ailé qui rappelle un sylphe par sa prestesse, sa grâce déliée. Prendre le papillon (...) Ce sylphe gracieux et léger qu'un rien blesse (...) Et percer lâchement son buste d'un poignard! (POMMIER, Colifichets, 1860, p. 190). Perrot-Perrot « l'aérien, l'homme volant, Perrot le Sylphe, le Taglioni mâle », comme dira Théophile Gautier (La Presse, 2 mai 1840) — y tenait son rôle: le grand danseur romantique (BRILLANT, Probl. danse, 1953, p. 170).
C. — Au fig.
1. Créature de rêve, notamment homme idéal qui suscite un amour romantique, éthéré. La femme appartient à celui (...) qui lui a fait connaître les joies de l'idéal rêvé (...); la plupart des jeunes filles ne peuvent être ébranlées sérieusement que par la présence positive d'un amoureux, et n'accordent aux sylphes qu'un fantôme d'affection (AMIEL, Journal, 1866, p. 136).
2. [À propos d'une chose abstr. ou d'une pers. considérée dans sa sensibilité] Chose ou personne qui évoque un sylphe par sa vivacité, sa fugacité ou son caractère rêveur, poétique. Tous les plaisirs, sylphes de la jeunesse, Éveilleront sa lyre au sein des nuits (BÉRANGER, Chans., t. 3, 1829, p. 65). Connaissez-vous l'Ariel des poètes qui recueille les diamans du ruisseau (...); c'est Tieck, le sylphe espiègle qui se joue de lui-même et des autres, le vrai bouffon de l'univers (QUINET, All. et Ital., 1836, p. 34).
Prononc. et Orth.:[silf]. Homon. silphe. Étymol. et Hist. 1605 sylfe (PALMA CAYET, Chronologie Septenaire, éd. Michaut et Poujoulat, p. 281 cité par G. COLON ds Z. rom. Philol. t. 78, pp. 88-90); 1670 sylphe (MONTFAUCON DE VILLARS, Comte de Cabalis, 16 d'apr. FEW t. 23, p. 149). Étymol. inconnue. L'hyp. de BL.-W., d'un empr. au lat. sylphus, qui se trouve pour la 1re fois chez Paracelse dans le titre d'un ouvrage composé entre 1529-32: Liber de nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris et de caeteris spiritibus doit être rejetée; en effet, malgré son titre lat., l'ouvrage fut écrit en all., et on trouve dans le texte les formes sylphen et sylphes à côté de wintleut et luftleut (v. G. COLON, loc. cit. et FEW, loc. cit.); l'hyp. d'un étymon. all. ne peut pas être retenue, le terme sylphe s'étant répandu à partir d'ouvrages du XVIIe s. écrits en lat. (v. FEW, loc. cit., note 4). Fréq. abs. littér.:96.

sylphe [silf] n. m.
ÉTYM. 1670; sylfe, 1605; lat. des inscriptions sylphus « génie », p.-ê. d'orig. gauloise, repris par Paracelse au sens de « génie nain des airs et des bois ».
Génie de l'air (dans les mythologies gauloise, celte, germanique). Elfe (→ Fée, cit. 3; gnome, cit. 1). || Ariel, le sylphe de la Tempête de Shakespeare.
1 Je suis l'enfant de l'air, un sylphe, moins qu'un rêve,
Fils du printemps qui naît, du matin qui se lève,
L'hôte du clair foyer durant les nuits d'hiver,
L'esprit que la lumière à la rosée enlève,
Diaphane habitant de l'invisible éther.
Hugo, Odes et Ballades, Ballade, II.
2 Elle disparut, revint comme un sylphe, sur des pieds si légers que Phil devina son retour au parfum que le vent portait devant elle (…)
Colette, le Blé en herbe, p. 233.
DÉR. Sylphide.
HOM. Silphe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sylphe — sylphe, ide (sil f , fi d ) s. m. et f. 1°   Nom que les cabalistes donnaient aux prétendus génies élémentaires de l air. •   Une petite critique contre la Bérénice de Racine, qui me parut fort plaisante et fort spirituelle ; c est de l auteur… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Sylphe — Der Luftgeist Ariel Sylphen oder auch Sylvani sind mythologische Naturgeister, die dem Element Luft zugeordnet sind, so wie Undinen Wassergeister sind. Der Salamander ist wiederum dem Feuer zugeordnet und die Zwerge oder Gnome der Erde. Sylphen… …   Deutsch Wikipedia

  • Sylphe — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sylphe désigne : les Sylphes sont des créatures mythologiques ; Le Sylphe est un roman épistolaire publié en 1779 par Georgiana Cavendish,… …   Wikipédia en Français

  • Sylphe — 1Syl|phe der; n, n, selten die; , n Bez. für einen Elementargeist im System des Paracelsus, 1493 1541> männlicher Luftgeist des mittelalterlichen Zauberglaubens (z. B. Oberon, Ariel). Sylphe 2 2Syl|phe die; , n <zu 1↑Sylphe> (selten)… …   Das große Fremdwörterbuch

  • SYLPHE — PHIDE. s. Nom que les cabalistes donnaient aux prétendus génies élémentaires de l air. Un sylphe. Une sylphide …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Sylphe — Sỵl|phe 〈m. 17 oder f. 19; in der Myth. des MA〉 = Luftgeist [von Paracelsus so genannt] * * * Sỵlphe   der, n/ n, selten auch die, / n, männlicher Luftgeist in der mittelalterlichen Magie; entstammt der antiken Vorstellung von die Elemente… …   Universal-Lexikon

  • SYLPHE — n. m. Génie de l’air, dans certaines mythologies …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Sylphe — Sỵl|phe 〈m.; Gen.: n, Pl.: n oder f.; Gen.: , Pl.: n; in der Myth. des MA〉 Luftgeist [Etym.: nach Paracelsus] …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • Sylphe — 1Sỵl|phe, der; n, n, auch die; , n <lateinisch> ([männlicher] Luftgeist des mittelalterlichen Zauberglaubens)   2Sỵl|phe, die; , n (ätherisch zartes weibliches Wesen) …   Die deutsche Rechtschreibung

  • Sylphe (creature) — Sylphe (créature) Pour les articles homonymes, voir Sylphe. Les sylphes ou sylphides sont des créatures imaginaires issues de la tradition occidentale. Elles sont décrites comme des élémentaires de l air par Paracelse. Le terme vient du latin… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.